top of page

L’EXPOSITION PARIS ET NULLE PART AILLEURS PRÉSENTÉE PAR JEAN-PAUL AMELINE


hupsoo-magazine-paris-et-nulle-part-ailleurs-exposition*

L'émergence de nouvelles visions artistiques de 1945 à 1972 est visible dans l'exposition Paris et nulle part ailleurs au Musée de l'histoire de l'immigration, qui plonge le public dans les années d'après-guerre ; mettant à l’honneur l’art abstrait, l’art cinétique et l’art figuratif.


Malgré l’attractivité forte de la ville de New York aux États-Unis pour les artistes et l’intelligentsia mondiale, Paris était toujours la capitale internationale des arts dans la première moitié du XXᵉ siècle et abritait les avant-gardes. C'est à Paris après la Seconde Guerre mondiale qu'il fallait aller se former puis créer afin de mettre en balance son travail face à d'autres pour écrire l’histoire des arts.


hupsoo-magazine-artistes-exposition-paris-et-nulle-part-ailleurs
Artistes dont les œuvres sont exposées – Paris et nulle part ailleurs


24 artistes cosmopolites et une centaine d'œuvres

À l’époque, plus de 60 % des 15 000 artistes installés à Paris sont étrangers. Pourquoi ces artistes sont-ils venus dans la capitale française alors qu'ils n'y ont passé pour certains que quelques mois, pour d’autres quelques années – sont partis, revenus ? En quoi leurs œuvres ont-elles été marquées par ce changement d'univers, qu’expriment-elles ? Leurs parcours migratoires sont-ils comparables à ceux de leurs compatriotes ?


L'exposition Paris et nulle part ailleurs propose une rétrospective inédite centrée sur 24 artistes venus d'Europe, d'Afrique, d'Amérique latine, des États-Unis et d'Asie émigrés à Paris, dont le travail permet d'appréhender les enjeux migratoires. Une exposition organisée autour de quatre thématiques : partir en exil, associer sa culture d'origine à celle du pays d’accueil, réagir à la singularité du monde que l'on découvre et créer un langage universel abolissant toute frontière.


Découvrez une centaine d’œuvres réunies à partir de collections publiques et privées proposant des peintures, des collages, des sculptures, des dessins de Milvia Maglione (Italie), Carlos Cruz-Diez (Vénézuela), Tetsumi Kudo (Japon), Eduardo Arroyo (Espagne), Antonio Seguí (Argentine), Alicia Penalba (Argentine), Wifredo Lam (Cuba), Erró (Islande), Joan Mitchell (États-Unis), Jesús Rafael Soto (Vénézuela), Victor Vasarely (Hongrie), Dado (Monténégro), Roberto Matta (Chili), André Cadere (Roumanie), Shafic Abboud (Liban), Judit Reigl (Hongrie), Daniel Spoerri (Roumanie), Ahmed Cherkaoui (Maroc), Maria Helena Vieira da Silva (Portugal), Zao Wou-Ki (Chine), Hervé Télémaque (Haïti), Julio Le Parc (Argentine), Iba N’Diaye (Sénégal), Véra Molnar (Hongrie).





Commissariat de l'exposition


Jean-Paul Ameline : Commissaire de l'exposition, anciennement conservateur au Musée National d’Art Moderne, au Centre Pompidou à Paris. Il a, postérieurement, été conservateur général du Patrimoine en 2003 puis chef de service des Collections modernes jusqu’en 2013. Jean-Paul Ameline a été commissaire de nombreuses expositions. Parmi elles, Face à l’Histoire, L’artiste moderne devant l’événement historique, 1933-1991 (1996), ainsi que Paris du Monde entier (l’artiste étranger à Paris 1900-2005) pour le National Art Center à Tokyo en 2007.

Chloé Dupont : Assistante d’exposition, Musée national de l’histoire de l’immigration. Diplômée en muséologie à l’École du Louvre et en histoire de l’art à l’Université de Grenoble, Chloé Dupont a participé à la préparation de plusieurs expositions au musée d’Orsay, au musée Cernuschi, au Petit Palais.




hupsoo-magazine-logo-luxe-luxury-revue-art

HUPSOO MAGAZINE

Tous droits réservés ©



Comments


bottom of page